22.11 - 26.11. 22
15 rue Guénégaud 75006 Paris 

Dans les yeux d’Elsa est très heureuse de présenter Conversation (part.1), la première exposition personnelle du peintre français Nicolas Gaume, à Paris. Pour cette première collaboration, dont une seconde est prévue courant 2023, l’artiste présente une dizaine de toiles créés spécialement pour l’événement.
qui marche, par l'autre bout des choses, 2022  Huile sur toile 22 x 16 cm
qui marche, par l'autre bout des choses, 2022 Huile sur toile 22 x 16 cm
Lorsqu’on regarde le travail de Nicolas Gaume, une forme de complicité s’installe entre ses toiles et nous-même. De tableau en tableau, on se plaît à retrouver les déclinaisons de ces visages et paysages (Sans-titre, montagne-triangle ; Sans-titre, brûler son bateau..). Une palette de couleurs, vives ou douces se répand sur ces motifs familiers et un dialogue opère entre chacune de ses toiles. A travers un langage formel bien précis, Nicolas Gaume nous fait entrer dans son monde avec des repères. Car si la touche varie – en spirale, faite de larges aplats de couleurs ou au contraire de petites touches et d’inscriptions – et si les motifs se renouvellent, l’exposition Conversation propose de révéler toutefois les nombreux échos qui se créent et se nouent entre chacune de ses peintures, affirmant une véritable unité dans l’Oeuvre du peintre.
Nicolas Gaume expérimente des motifs qui, liés les uns aux autres sans être de simples répétitions, se renouvellent de manière cyclique au gré d'une série. Leur variation est un moyen pour l’artiste de franchir des étapes dans leur représentation, leur consistance, ouvrant ainsi naturellement de nouvelles voies d’interprétation.
Cette cohérence se repère d’un point de vue formel et structurel. Que l’artiste peigne un portrait ou un paysage, son appréhension de la toile est égale et participe de sa recherche artistique globale. Ainsi, en présentant plusieurs de ses motifs côte à côte, cette exposition nourrit une conversation riche et libres : figuratif-abstrait, réel-imaginaire, ligne-couleur…
Alors si Nicolas Gaume offre une certaine entrée dans son travail, une force silencieuse et un caractère mystérieux en transparaît néanmoins. A l’image de ce tableau qui semble donner à voir une conversation entre deux êtres, elle n'est en fait une conversation qu’à soi, rendant l’accès à l’image plus abstrait. En effet, chez Nicolas Gaume les sujets ne se
veulent pas absolument significatifs. Les formes et couleurs sont autonomes, pleinement assumée pour ce qu’elles sont.
Les sujets choisis sont issus du réel, comme ce portique intégré à une montagne (série sans-titre, montagne triangle), découvert par hasard lors d’un voyage en Inde ou encore par le fait de faire poser ses ami.e.s au départ pour amorcer une série de portraits. Pourtant, le peintre prend toujours une distance par rapport à ces derniers et libère son imaginaire. Visages, éléments de paysages, confient leur destin à son pinceau : tout est réinventé et ils ne deviennent que motifs portés par un support qui lui même est essentiel au rapport de l’artiste à ses œuvres. Tout comme l’est la surface : des marges sont parfois délibérément laissées vierges sur de petites surfaces, des aplats de noirs créent l’illusion d’une profondeur infinie ou encore les motifs s’étirent parfois sur deux panneaux… Ainsi chez le peintre les composantes structurelles du tableau acquièrent une importance égale à celle du motif.
Avec Conversation (part.1), Nicolas Gaume interroge la peinture en tant que telle : à la fois médium, espace et support d’images.

Nicolas Gaume est un peintre français. Diplômé des Beaux-Arts de Paris en 2021 de l’atelier de M. Francois Boisrond, le travail de l’artiste a été exposé à plusieurs reprises dans des expositions collectives à Paris (L’Inlassable Galerie, Galerie Sabine Bayasli), à Venise pendant la Biennale de 2022 avec les galeries Mathilde Le Coz & Tancrède Hertzog et bientôt il le sera à Londres chez Siegfried Contemporary et Sapling. Avec Dans les yeux d’Elsa l’artiste signe sa première exposition personnelle à Paris, en parallèle à celle qu’il présente à la galerie AL/MA dans le cadre de la Biennale Art Press de Montpellier.
Back to Top