Il y a une grande liberté dans la manière avec laquelle la peintre française Emmanuelle Castellan aborde la peinture. Liberté, tout d’abord, dans son appréhension du médium : des toiles libres non tendues sur châssis sont suspendues au mur, des œuvres sur châssis sont superposées à des toiles libres ou encore, des collages sont effectués directement sur toiles. Ces multiples propositions reflètent pleinement l’état d’esprit de la peintre vis à vis de son œuvre. Chaque peinture est unique et pensée de manière isolée. Chaque œuvre se révèle pleinement autonome et se définit au moment de l’acte de la création, témoignant de l’infinie diversité de la pratique de l’artiste.
Le faire est tout autant important que le résultat chez la peintre. De son idée première, Emmanuelle Castellan laisse libre cours à ce qui advient, se laisse guider par ce qui semble s’offrir à elle à mesure qu’elle peint. Car même la surface, chez l’artiste, n’est pas abordée de manière linéaire. Emmanuelle Castellan s’affranchit des limites structurelles - elle lacère parfois la toile de coups de couteau ou creuse l’épaisseur de ses couches successives appliquées - allant au-delà de la surface plane du tableau.
Tout comme sa manière d’aborder la surface et l’espace disponible, les compositions de l’artiste sont libres, relâchées et se juxtaposent. Dialoguent ainsi de manière égale : écriture, figuration et larges aplats laissant de grandes zones libres - des respirations. Des formes aux volumes aplanis émergent quand d’autres disparaissent laissant l’empreinte de leurs contours, spectres de leur présence. Spontanée dans le geste, la peintre semble guidée par une intuition forte que révèle sa touche. En quelques coups de pinceau - assurés et justes - la forme est là, l’idée s’épanouit et les couleurs s’articulent pleinement.
Pour cette exposition, l’artiste présente un ensemble de peintures sur châssis datant de 2018 à 2024. L’œuvre Between Two Times qui pourrait s’apparenter à une peinture plus classique dans sa composition, ouvre la voie. Un personnage représenté de dos se tient au centre de la toile, entre deux baies vitrées. Par les couleurs et la lumière qui les enveloppent et les définissent, ces deux espaces symétriques semblent suggérer deux espaces-temps et non plus celui unique de cet intérieur domestique. On peut y voir un écho à sa pratique, marquée par le temps de l’idée et celui de l’acte de peindre, bouleversant parfois l’idée directrice.
Ainsi, le travail de la peintre Emmanuelle Castellan se placerait autant dans la lignée des artistes du groupe Supports/Surfaces pour son rapport libre au médium et à l’autonomie des formes seulement dictées par son intuition, que celui du courant actuel du retour à la peinture figurative : des personnages féminins jalonnent son oeuvre, des objets du quotidien ont une place centrale (vase, verre, éventail), sur lesquels l’espace, toujours, prend le pas.

Emmanuelle Castellan est une peintre française qui vit et travaille à Berlin. Actuellement, l’artiste présente une exposition personnelle institutionnelle à la Verrière - Fondation d’Entreprise Hermès à Bruxelles. Son travail a fait récemment l’objet d’une exposition personnelle à la galerie Valentin à Paris (2024). L’an dernier, l’artiste a présenté une exposition personnelle à Bâle à la galerie Ann Mazzotti (2023).
Les oeuvres d’Emmanuelle Castellan ont été présentées dans de nombreuses expositions collectives en galerie comme chez Dilecta (2022) à Paris ou encore en institution comme au Museum Langmatt (2022).
Back to Top